Archives de catégorie : Performances

Le Palais des Plaisirs

La Poulette présente: Le Palais des Plaisirs

Vendredi 9 septembre 2016, appartement La Rosace, Quai des Chartrons, Bordeaux

English below

palais-des-plaisirs-visuel

Mise en bouche:

Recette pour un parcours performatif culinaire savoureux.

Choisissez un lieu habité et désirable prêt à être cuisiné.

Prenez quelques performeurs et faites-les mariner dans l’appartement sélectionné.

Laissez-les créer un dédale d’actions délicieuses pour plus de gourmandise.

Faites en sorte que l’aliment soit roi. Que la nourriture soit sublimée.

Saupoudrez de zestes d’intimité et de graines d’échange direct,

pour une dégustation sans filtre avec les yeux, les doigts et les papilles.

Servez chaud et dégustez immédiatement accompagné d’un accras.

Dans le cadre de mon Master Mise en scène et Scénographie à l’Université Bordeaux Montaigne, j’ai présenté un parcours performatif collectif en appartement. Ce projet a été présenté durant le festival Premier acte avant récidive.

Chaque participant a proposé une performance sur sa vision subjective de gourmandise. Que ce soit son aspect enfantin, convivial, une réflexion autour du péché ou de la tentation, le prisme de la gourmandise s’est exprimé à travers ces actions déroulées au fil des pièces de l’appartement, transformé pour l’occasion.

Le public était invité à déambuler pendant toute la journée dans l’espace pour mettre en jeu sa vision de la gourmandise et au delà, des habitudes alimentaires qui en découlent.

Merci à tous les participants qui ont donné vie au projet et aux résidents de la Rosace qui ont permis au projet de voir le jour: Lucie Burnouf, Pauline Blais, Alexia Duc, Hélène Godet, Antoine Grissault, Pascal Laurent, Falko Lequier, Nicolas Louedoc, Mélodie Malgogne-Quintas, François, Odile et Pauline Mignon, Lucile Perain, Gaëtan Ranson, François Rey, Anthony Tardif, Vanessa Tardif, aux techniciens de l’école ADAMS et à ceux qui ont fait l’accueil toute la journée.

dsc_0836

La fine équipe presque au complet!  The team almost complete! 

dsc_0804

dsc_0787

La salle d’attente / The waiting room

dsc_0830

dsc_0879

Sculpture en caramel / Caramel sculpture 

dsc_0883

Couloir de Madame Banane / Mrs Banana’s hall 

dsc_0841Discours sur le péché de gourmandise au salon / Discourse on the sin of gourmandise in the living-room

dsc_0839 dsc_0840

Le Salon / The living room

dsc_0906

Le jeu de Dames comestibles / Edible Checkers 

dsc_0905 dsc_0832

Journal graphique autour de la gourmandise / Graphic journal around gourmandise

dsc_0831 dsc_0831

Ne pas lécher, tentation chocolatée / Do not lick, a chocolate temptation

dsc_0797

dsc_0843 dsc_0822

Le château de purée / The mashed potatoes castle 

dsc_0824

La religieuse au chocolat, confesseuse / The chocolate religious girl confessing

dsc_0914

L’expérience scientifique du bonbon partie 1 / The scientific experiment of the sweets part1

dsc_0931 dsc_0846

L’expérience du bonbon- récompense / The sweets experiment – reward

dsc_0827

Création de tables lumineuses alimentaires  /  Food light tables in the makingdsc_0915 dsc_0918 dsc_0825

20161108_165224 dsc_0939

La cuisine, lieu convivial avec punch et accras /  The kitchen, a convivial place with punch and codfish balls 

Receipe for a culinary performative parcours with a twist:

Choose an inhabited space ready to be cooked.

Take several performers and let them marinate in the choosen flat.

let them create a maze of delicious actions for more gourmandise.

Make sure the ingredient is king. That food is being exalted.

Sprinkle with intimacy and grains of exchanges,

for an unfiltered dégustation with the eyes, fingers and taste buds.

Serve warm and eat without waiting along with some codfish balls. 

For my Master degree in Scenography at the Bordeaux Montaigne University, I presented a collective performative round in a flat. It took place during the Premier Acte avant Récidive festival.

Each participant created a performance according to their own subjective vision of the French term of gourmandise. Wether its childish aspect, conviviality, a reflection on sin or temptation, the prism of gourmandise was expressed through the different actions that took place around the flat that was transformed for the occasion.

The public was invited to wander throughout the day in the space to bring into play their understanding of gourmandise and beyond, their eating habits that result from it.

Thanks to all the participants that gave birth to the project and to the people of the Rosace flat who allowed it to happen Lucie Burnouf, Pauline Blais, Alexia Duc, Hélène Godet, Antoine Grissault, Pascal Laurent, Falko Lequier, Nicolas Louedoc, Mélodie Malgogne-Quintas, François, Odile et Pauline Mignon, Lucile Perain, Gaëtan Ranson, François Rey, Anthony Tardif, Vanessa Tardif, to the ADAMS school technicians and those who welcomed the public all day long.

FEED ME IN – BERLIN 2016

PERFORMANCE FEED ME IN 21 MAI 2016 KÜNSTLERHAUS BETHANIEN

English below

Grâce à Sako Kojima et à sa « Hamster collection« , j’ai été invitée à performer Feed Me In à la Künstlerhaus Bethanien à Berlin pour le vernissage de cette exposition, un an jour pour jour après l’avoir performé à Meinblau Projektraum.

Feed Me In a donc fait son retour à Berlin pour une nouvelle édition: un lieu, une journée, vous venez me nourrir.

Remettant en question nos habitudes alimentaires et façon de nous nourrir, Feed Me In offre également une réflexion sur le lien intime qui se crée lorsque l’on partage de la nourriture avec quelqu’un.

fb_img_1478645974562 fb_img_1478645968174
fb_img_1478645905518

20160520_215800

20160519_211226

20160520_220616

Thanks to Sako Kojima and her « Hamster Collection« , I was invited at the Künstlerhaus Bethanien in Berlin to perform Feed Me In for the vernissage of this exhibition, one year exactly after performing it in Meinblau Projektraum.

Feed Me In made its come back in Berlin for a new edition: one space, one day, you come and feed me.

Questioning our eating habits and the way we eat, Feed Me In also offers a reflection on the intimacy that sharing food lead to.

 

Le Palais des plaisirs

Un projet développé au sein du M2 Mise en scène et scénographie, Le Palais des plaisirs (titre provisoire) vise à réfléchir à la notion de gourmandise dans notre société.

Ce parcours performatif en appartement va être écrit en partenariat avec un groupe de personnes, professionnellement éloignées de la performance mais réunies par un dynamisme, une curiosité et une sensibilité artistique. Et surtout, l’envie de s’atteler à la réalisation d’un projet commun et de questionner ensemble nos habitudes alimentaires et nos présupposés sur la nourriture.

Première réunion prévue début février! A suivre…

FEED ME IN

FEED ME IN

(english version and video below)

Projet sur l’année 2014/2015, aboutissant à une performance d’une journée durant l’édition 2015 du Mois de la Performance Berlin.

« Cher Mangeur, cher Nourrisseur,

De l’action quotidienne de se nourrir Feed me in cherche à créer des expériences nouvelles et des expérimentations artistiques.

De ces gestes quotidiens, chacun peut développer une passion ou une lassitude. Manger est cependant un besoin vital pour chaque être humain, besoin défini chez chaque individu par ses traditions et habitudes.

Feed me in explore de nouvelles façons de se nourrir. La durée, composition et le rythme de mes repas seront perturbés et dérangés par la façon dont le public me nourrira, nourrissant dans le même temps une relation naissante. Vous êtes ainsi invités à amener de la nourriture lors de l’événement, à partager avec moi durant la journée, que ce soit une simple miette de pain, une pomme ou un repas fait maison.

Feed me in sublime l’acte de manger et démultiplie sa signification initiale, creusant l’acte quotidien pour créer une performance cérémonielle.

Mangeons ensemble!

Photographies Aleks Slota

20:05.15_Feed me in 9 20.05.15_Feed me in16 20.05.15_Feed me in15 20.05.15_Feed me in14 20.05.15_Feed me in10 20.05.15_Feed me in8 20.05.15_Feed me in5 20.05.15_Feed me in4 20.05.15_Feed me in2 20.05.15_Feed me in1 20.05.15_Feed me in 13 20.05.15_Feed me in 12 20.05.15_Feed me in 11 20.05.15_Feed me in 7 20.05.15_Feed me in 3

 

Dear Eater, Dear Feeder,

Feed me in aims to transform the daily eating action into a renewed experience and artistic experiment.
An everyday action, feeding oneself can be a passion or a wearisome routine. Eating is however a vital need for all of us, and everyone identifies to it, in its own traditions and habits.
Feed me in will explore new perspectives of eating. The length, composition and rhythm of my meals will be disturbed and challenged by the way you feed me, and nourish our relation. You are therefore invited to bring food to the event, to share with me throughout the day, from the simplest bread or apple to a home-cooked meal.

Feed me in sublimes the act of eating and multiplies its signification, digging past the everyday action to create a ceremonial performance.
Let’s eat together! »

 

Images et montage par / Footage and editing by Vincent Henaff vincenthenaff.com

Dans le cadre du Month of Performance Art Berlin mpa-b.org

Jukebox Baby

Pendant la Soirée de collecte de fonds pour MPA-B 2015, j’ai performé Jukebox Baby. Une expérience musical en tête à tête. Une performance dansée.

Vous avez envie de danser mais n’aimez pas la musique qui passe? Jukebox Baby est là pour vous! Venez me voir, mettez les écouteurs sur vos oreilles et partagez avec moi ce moment de danse, musique et plaisir!

jukeboxbaby3 jukeboxbaby2 jukeboxbaby1

During the Fundraising party for MPA-B 2015, I performed Jukebox Baby. A one on one musical experience. A danced performance.

You feel like dancing and don’t like the music being played? Jukebox Baby is here for you! Come to me, put your headphones on and dance with me for this shared moment of music, dance and fun!

 

4 mars 2015 – Edelweiss, Berlin / 4th march 2015 – Edelweiss, Berlin

It only takes a fish – MPA-B visits Lyon

A l’occasion d’un week-end performances Au Lavoir Public à Lyon, en collaboration avec l’Institut Goethe et dans le cadre de la 16eme Biennale de la danse, la performance It only takes a fish était le fruit d’une collaboration avec Espin Meta.

Nous avons également présenté le projet MPA-B lors d’une conférence à l’institut Goethe, en présence des différents artistes.

We got invited for a performance week-end at the Lavoir Public in Lyon, in collaboration with the Goethe Institut and part of the 16th Dance Biennale. The performance It only takes a fish was a collaboration with Espin Meta.

We also presented the MPA-B project during a conference at the Goethe Institut, in presence of the artists.

fish5

fish2

goethe

26-28 septembre 2014

http://lelavoirpublic.fr/

http://www.biennaledeladanse.com/le-projet/le-off.html

The Last Supper


Créé pour la Soirée de Clôture de MPA-B 2014, « Das Ende », cette installation culinaire appelé « The Last Supper » recréait un paysage représentant la profusion d’un buffet paradisiaque.

Equipés de longues piques/fourchettes ou cuillères, les personnes devaient se nourrir entre elles, tout comme dans l’allégorie des cuillères. En résumé, seulement les personnes généreuses et acceptant de se nourrire les unes les autres survivraient au paradis, les autres étant condamnées à mourrir de faim ce qui transformerait le paradis en enfer. Les fêtards devaient donc s’entraider pour se nourrir et survivre à cette longue soirée, créant ainsi un atmosphère performatif et participatif autour de l’installation.

Created for the Closing Party of MPA-B 2014, DAS ENDE, this food installation called The Last Supper aimed to create a landscape representing the profusion of paradise’s buffets.

Equiped with long fork-spoon/spikes, people had to feed each other, referring to the biblical allegory of the long spoons. In short, only the good who accepted to help each other eating would survive in paradise, the others would be condamned to starve, paradise therefor becoming hell. The party animals had to feed each other to survive through the night, creating a performative and participative atmosphere around the installation.

dasende

En travaillant sur la diversité, les couleurs, la flamboyance, le buffet créé autour de L’Arbre Popcorn de vie était installée au milieu du magnifique cinéma muet Delphi à Berlin Weisensee.

Working on diversity, colors, flamboyance, this buffet created on a long table around the Tree of Popcorn/Life was set-up in the middle of the beautiful Delphi Stummfilmkino in Weisensee, Berlin.

 

Voir lien si la vidéo ci-dessus ne fonctionne pas / In case the video above doesn’t work, see the video of The Last Supper on Vimeo

 

Video par Vincent Henaff

For the love of meat

fortheloveoffood7

J’ai découvert le documentaire « Did cooking make us human » (BBC). Il décrit une théorie scientifique qui explique que l’espèce humaine a commencé à se développer en commençant à manger de la viande, et ensuite à cuisiner. Parmi la communauté scientifique, il est communément accepté que l’introduction de la viande dans le régime alimentaire de nos ancêtres a permit l’évolution de leur intelligence et causé une augmentation de leur cerveau.

La performance For the love of Meat présentée durant For the Love of Food a été créée pour interroger le spectateur sur ses habitudes alimentaires.

Après avoir mangé des fruits à l’aide d’une pierre, je me levais, prenais un steak dans le frigo et le mangeais à mains nues. Alors que je déchiquetais la viande avec mes dents, mastiquant, je regardais chaque personne dans l’auditoire, l’une après l’autre. Le contact visuel était renforcé par le pouvoir sauvage de mon action, de manger de la viande crue à mains nues. Dans ces yeux, je vis un mélange d’émotions, fascination, dégoût pour certains, attraction et presque tension érotique pour d’autres.

Le fait de manger de la viande nous rappelle la façon dont nos ancêtre mangeaient: chasseurs, mangeurs de viande.

Cependant, durant l’action, manger de la viande me paraissait extrême, presque subversif. Après la performance, certaines personnes ont dit avoir eu peur pour moi, ressenti de la pitié de m’infliger une tâche pareille et m’ont demandé si je me sentais mal.

Comment est ce que le fait de manger de la viande est-t-il devenu une action subversive qui font se sentir les personnes malades ou coupables?

En France, où la gastronomie fait partie de la vie de tous les jours, manger est une célébration. Quand j’étais petite, c’était toujours poulet le mercredi, poisson le vendredi et rôti le dimanche. Noël est un banquet fait pour les amateurs de viande et de fruits de mer, avec des huîtres, du saumon fumé, du homard ou du foie gras, le péché ultime, en entrée, suivi d’un plat principal souvent constitué de pintade, gibiers, canard ou autre. Ensuite, vient le fantasmagorique plateau de fromage qui nous a rendu si connus. Lorsque l’on va au restaurant, on doit choisir entre un poisson et une viande et seulement ensuite l’accompagnement. Mon plat préféré est une omelette avec du gruyère rapé, de la crème, des lardons…

Suis-je un monstre aux yeux de ceux qui ont choisi la voie vegan? Suis-je l’ennemi? Suis-je la cible à convertir?

Il y a tant de façons de manger, de cuisiner, de vivre. Je suis une mangeuse de viande. Je respecte le choix des autres, mais je ne pense pas que je deviendrai un jour végétarienne, encore moins vegan. Si un jour, on ne peut plus acheter de produits animaux pour des raisons éthiques, écologiques ou économiques, j’éleverai sûrement des poulets dans mon jardin avec une vache pour le lait! Peut-être même que je commencerai un marché noir, et vendrai des oeufs sous le comptoir. Les gens me paieront cher pour compenser le risque que je prendrai.

En attendant, je supporterai toujours le regard réprobateur de mes amis végétariens lorsque je sors dîner avec eux et que je choisis l’option avec viande.

fortheloveoffood5fortheloveoffood6

fortheloveoffood8

I came upon the BBC documentary called « Did cooking make us human ». It is about a scientific theory that says the human species began to evolve when they began eating meat, and then, began cooking.

Among the scientific community, it is accepted that the introduction of meat in our ancestor’s diet increased their intelligence and caused their brains to grow.
Indeed, meat has a more concentrated form of energy that allowed our ancestors to spend less time looking for food. This energy was used by their body to evolve by an augmentation of their brain size and therefor, their intelligence.

The performance « For the love of Meat » during For the Love of Food was made to interrogate the viewer about diet habits.
After eating fruits using a stone, I stood up, fetched a steak in the fridge and ate it with my bare hands. As I teared the meat apart with my teeth, masticating, I watched, one after the other, each person in the crowd for a few seconds. Those eye contact were reinforced by the power of the savage act of eating raw meat with my hands. In those eyes, I saw a mixed feeling of fascination, disgust for some and attraction or even erotic tension for others.
The act of eating meat is a reminder of our common ancestors’ way of eating: hunters, meat eaters.
However, eating meat felt like doing something extreme, almost subversive.
After it, most people said they were afraid for me, pitied me for inflicting myself such a task and asked if I felt sick.

How did eating meat became a subversive action that make people feel sick and guilty?

In France, where the gastronomy is part of everyday life, eating meat is a celebration. When I was a kid, it was always chicken on wednesdays, fish on fridays, and a roastbeef on sundays. Christmas is a feast for meat and seafood eaters, with oysters, smoked salmon, lobster for starters, foie gras, the utmost sin, followed by a main dish, often goose, wild boar, duck, deer, or other game. Then, the most fantasied cheese platter than make us french so famous.
When you go in restaurant, you choose your meat or fish and then the side dish.
One of my favorite meal is a basic omelet with raped cheese, cream and « lardons », small smoked pork sticks…
Am I a monster to those who pledge their life to veganism? Am I the enemy? Am I to be converted?

There is so many ways to eat, to cook, to live. I am a meat eater. I respect other people’s choice, but I don’t think I’ll ever go vegetarian, let alone vegan. If one day, we cannot buy animal products anymore in markets for ethical, economical or ecological reasons, I’ll raise my chickens in my yard and get a cow for milk.
Maybe I’ll start a black market, and people will come to my house to buy eggs under the counter. They will have to pay me a lot for the risk I am taking.

In the meantime, I will still get that judging look from my vegetarian friends whenever I go out eating with them and take the meat option.

cropped-fortheloveofmeat2.png

Images: Aleks Slota

The Dressing Beauty

La Poulette présente: The Dressing Beauty

Pour le Month of Performance Art Berlin 2013, j’ai été invitée à performer à Das Shift par Leen Horsford et Amy Cade (association Us inc.) le 29 Mai. Cette soirée était consacrée au thème Genres et Sexualité.

La performance Dressing Beauty est une réinterprétation du strip-tease. A la façon d’un négatif, sous une lumière noire, je m’habille en blanc, faisant apparaître petit à petit ma silhouette dans le noir. Accompagnée par un chorus d’amies (Malene Bank, Signe Mortensen, Julie Rex) qui renforce l’atmosphère de Girl Power, donnant l’impression d’une bande de filles se préparant à sortir.

Une performance-préliminaires, pour réfléchir à la façon dont la féminité se reflètent par l’habillement et comment les gestes de cette féminité sont transmis à travers des traditions ancestrales.

Voir liens à la fin de l’article.

image

La Poulette presents: The Dressing Beauty

For the end of Month of Performance Art Berlin 2013, I have been invited to perform as Das Shift by Leen Horsford and Amy Cade (Us inc. association) on the 29th May. This night is all about gender and sexuality…
The Dressing beauty will be a reinterpretation of a strip tease. As a negative, with a dark light ambiance, you will see me dress up in white, discovering my silhouette in the dark. Singing along, Malene Bank, Signe Mortensen and Julie Rex will reinforce this atmosphere of girl power, as four women getting ready to go out partying or flirting.

A foreplay performance, to think about how feminity can be empowered by dressing up and how the feminity passes along the ages through ancestral gestures and tradition.

Ne pas utiliser/partager cette image sans accords préliminaires. Merci. No right of using and sharing this picture without my previous accord. Thanks.

Plus d’infos/to read more:

http://sensanostra.com/the-dressing-beauty

https://www.facebook.com/Usincberlin?fref=ts

https://www.facebook.com/events/355842031183879/?notif_t=plan_user_joined

http://www.mpa-b.org/us-inc-amy-cade–leen-horsford.html

DNSEP 2012 – J’ai toujours eu envie de vous présenter…

La Poulette présente: J’ai toujours eu envie de vous présenter…

The Chick presents: I have always wanted to present…

Grâce aux personnes qui, tout au long de l’année 2012, ont participé aux performances autour du thème “J’ai toujours eu envie de…”, j’ai pu présenter pour mon DNSEP une performance appelée “J’ai toujours eu envie de vous présenter…”

Cette performance consiste en un ensemble de témoignage, où chaque personne raconte son expérience des performances auxquelles il a assisté/participé.

Le spectateur, dans une condition d’écoute, devient le récepteur d’un témoignage, un confident. Qu’il soit touché ou non par le récit, il n’en est pas moins interpelé, ce qui l’emmène vers une réflexion autour de ce thème de l’envie et d’actions de défoulement.

IMG_1361 IMG_1368 IMG_1372

Thanks to the people who all along 2012, participated to the performances around the theme “I have always wanted to…”, i was able to present for my DNSEP a performance called “I have always wanted to present…”
This performance is made by accounts or stories of each person, who tells his experience of the performances he saw or participated to.
The audience, in a listening condition, becomes the receiver of a testimony, a confident. Either touched by the story or not, he is nontheless interpellated, which brings him to a relfexion around this theme of envy and energy-releasing actions.

Merci à / Thanks to :

Alice, Audrey, Bérénice, Dounia, Félix, Hugo, Lucie, Mathilde M, Mathilde L, Michaël, Victor, and to Paul de Lanzac for the pictures